Pourquoi s’engager dans une démarche de prévention des risques professionnels

prevention des risques professionnels

Obligation d’avoir un Référent Santé et Sécurité : quelles solutions?Tout d’abord, pour répondre à une obligation réglementaire.

Il ne faut pas oublier que l’employeur est responsable de la sécurité et de la santé de ses collaborateurs (art L 4121-1 du code du travail « L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs »)

S’engager dans une démarche de prévention des risques professionnels n’a pas pour seul objectif de répondre à une exigence réglementaire aussi importante soit elle, car les enjeux sont multiples.

Quels sont les enjeux d’une démarche de prévention des risques professionnels?

Enjeu social :

Engager une démarche de prévention des risques démontre tout d’abord une prise en compte des risques auxquels sont exposés les salariés et la volonté d’afficher à l’ensemble des collaborateurs la nécessité d’agir.

Le fait de les identifier et de les évaluer au travers du Document Unique (décret n° 2001-1016 du 5 novembre 2001) permet d’échanger avec les collaborateurs en les associant à la démarche en même temps que les représentants du personnel.

Enjeu organisationnel

L’absence, suite à un AT ou MP, d’un salarié peut également avoir des répercussions sur l’organisation des services et impacter le climat social.

  • Impact psychologique sur les collaborateurs en fonction de la gravité de l’événement
  • Difficulté à servir les clients dans les délais générant du stress et des tensions
  • Surcharge de travail qui est redistribué sur les collègues de travail

Enjeu économique

Le coût direct :

  • Frais de prise en charge de l’AT ou MP
  • Coût de cotisation défini en fonction du taux de cotisation

Pour info, le coût moyen d’un AT avec arrêt sans incapacité permanente est de 2 500 €

Les coûts indirects (évalués entre 3 et 5 fois le coût direct mais plus difficile à évaluer) liés à :

  • Temps perdu du fait de l’AT
  • Arrêt de production
  • Désorganisation du service suite à l’absence imprévue du salarié
  • Frais de remplacement du salarié (intérim, CDD ou heures supplémentaires des collègues)
  • Frais de remplacement et/ou réparation du matériel
  • Temps passé pour recevoir les services extérieurs (inspection du travail, CARSAT, …)
  • Frais judiciaires en cas de poursuites

Enjeu commercial

Les clients peuvent être indirectement impactés :

  • Risque de la perte de clientèle pour non-respect des délais faute de moyens
  • Altération de l’image de marque de l’entreprise

Comment s’y prendre?

Il faut dans un premier temps définir une stratégie ou politique de santé et sécurité au travail en définissant des objectifs réalistes.

Il faut également définir une organisation adaptée à ce pilotage transverse.

  • Quels sont les interlocuteurs dans les équipes concernées ?
  • Quelle est la base documentaire qui existe ?
  • Qui va animer ou piloter cette démarche de prévention des risques ?

Il faut dans tous les cas que cette personne ait toute autorité et l’appui de la direction ou de l’employeur.

En l’absence de compétence ou de ressource interne il est possible de faire appel à un consultant externe spécialisé (CBA Consult peut vous accompagner dans cette démarche).

 

Phase 1 : Définir les unités de travail ou les différents services

Phase 2 : Pour chaque unité de travail réaliser un inventaire des risques

Phase 3 : Evaluer les risques (fréquence d’exposition, gravité possible, probabilité que cela se produise, maîtrise de ce risque, moyens mis en œuvre …)

Phase 4 : Compiler les données au sein du Document Unique

Phase 5 : Elaborer le plan d’actions

Le plan d’actions

Les actions définies doivent permettre de supprimer les risques, à défaut les réduire. Pour cela il est primordial de privilégier les actions de protections collectives. Ces actions sont parfois plus coûteuses et plus difficiles à mettre en œuvre que les protections individuelles. Mais, le problème des protections individuelles est que l’on ne peut pas être toujours assuré de leur utilisation (non port d’EPI, non-respect d’une consigne d’utilisation …).

Même si un salarié peut être sanctionné pour le non port d’un EPI ou du respect d’une consigne, l’employeur reste responsable.

Si vous souhaitez un bilan gratuit ou plus d’information sur le sujet contactez-moi